in

Jungle Insect

Laissez-vous emporter au fin fond de la jungle, au cœur de la grotte du jaguar, qui ne peut jamais être tranquille…

Une création inspirée par la peinture d’Alain Thomas, un peintre naïf, breton, aux multiples couleurs.

Alors, installez-vous confortablement, chaussez votre meilleur casque audio (ou réglez votre chaine Hifi) et fermez les yeux.

La conception de Jungle Insect

J’ai commencé les cours de MAO fin 2020, avec l’aide d’un professeur très sympa et pointu dans ce domaine. J’ai beaucoup travaillé sur le logiciel DAW (montage mixage audio) avec des samples pris à gauche et à droite sur Internet, pour créer des musiques plus ou moins réussies.

Il y a quelques jours, je me suis dit que je pouvais faire certains sons moi-même (comme un élève du cours passionné par la création analogique) et créer une pièce de toute part. J’ai donc conçu Jungle Insect avec “simplement” des modulations de fréquences.

Ça veut dire qu’on joue avec des oscillateurs, des enveloppes, du bruit blanc (comme celui des anciennes télés N&B) et des arpégiateurs. Tout cela avec des plugins que l’on met dans le logiciel de mixage, pour simuler les synthétiseurs modulaires analogiques qui sont hors de prix (et très complexes).

Tous les sons que vous avez entendus dans le morceau sont donc faits mains, grâce aux différents plugins de synthés, avec les conseils avisés de PM et Mirtru que je remercie. J’ai voulu jouer sur la spatialisation, la profondeur et le réalisme de la scène, tout en amenant une “intrigue”.

En attendant, merci de m’avoir accompagné en Amazonie et rendez-vous sur d’autres terres très vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Commentaire

Reaper DAW, les fonctions et commandes de base